Article

Référentiel de compétences : quel rôle au-delà de la cartographie ?

Nous vous proposons ci-dessous d'analyser et comprendre l'impact que peuvent avoir les référentiels métier, d’emploi ou de compétences dans la performance de l'entreprise.

Beaucoup d’entreprises disposent, à des degrés divers de structuration, d’un ou plusieurs référentiels de compétences et métiers. D’autres s’investissent durablement dans la production de ces cadres de référence, et ce dans des contextes divers : réorganisation, forte croissance de l’activité, besoin de bases robustes de dialogue avec les partenaires sociaux ou d’action vis-à-vis des collaborateurs…

Indifféremment, le reproche souvent formulé à l’égard de ces livrables est leur faible niveau d’inertie : aussitôt faits, aussitôt obsolètes, oubliés, contestés…

Pour autant les référentiels métier, d’emploi ou de compétences peuvent être des éléments clefs de réponse à des problématiques récurrentes de la fonction RH. Nous proposons ci-dessous de comprendre leur impact sur 3 axes déterminants pour la contribution de la fonction RH vis-à-vis de l’entreprise et des collaborateurs :

cartographie de compétences

La cartographie de compétences

1. Se structurer

Le référentiel de compétences dit la manière dont l’organisation comprend et positionne les unes envers les autres ses ressources. A ce titre, un référentiel précis et à jour est un outil clef pour la structuration de l’activité, la gestion des défis opérationnels de l’entreprise et la mobilisation efficace des ressources de l’entreprise sur ses enjeux.


2. Se comprendre

Le référentiel définit un langage commun. S’il est partagé et mis en interaction avec des processus, activités ou plus généralement avec le quotidien des collaborateurs, il devient un outil privilégié d’interaction avec les ressources de l’entreprise. Il établit une base sur laquelle l’information peut-être facilement partagée entre toutes les parties prenantes. Il permet également la création d’une expérience utilisateur plus immédiate et efficiente pour le collaborateur vis-à-vis des services RH qui lui sont proposés (formations, mobilité, évolutions de carrière …). C’est un des axes sur lequel le référentiel peut être un élément décisif de l’engagement collaborateur.


3. Se projeter

La projection de l’évolution du bassin de ressources de l’entreprise repose sur une analyse d’écart entre une cible plus ou moins bien déterminée, potentiellement protéiforme, et l’état actuel de la cartographie des ressources de l’entreprise. Cette analyse d’écart doit raisonner avec l’existant et permettre d’identifier l’évolution d’un métier, d’un poste ou plus généralement l’évolution désirée des profils des collaborateurs de l’entreprise. De plus, l’exercice de projection, qu’il soit réalisé dans une logique de revue d’effectif ou de gestion prévisionnelle du personnel, doit pouvoir cohabiter avec les exercices de structuration et de création de lien qui sollicitent également le référentiel. Ceci pose la question de la maintenance de différents prismes d’observation concurrents de l’organisation, chacun ayant une valeur ajoutée propre pour l’entreprise et le collaborateur.


Pour le collaborateur il s’agit de :

  • Faire un état de ses acquis, partager ses désirs d’évolution
  • Disposer d’une expérience collaborateur engageante et immédiate vis-à-vis des ressources humaines
  • Se projeter sur des parcours de carrières

Par la suite, au niveau de l’équipe pour les managers :

  • Identifier facilement les ressources nécessaires pour répondre aux besoins opérationnels
  • Faciliter le travail en mode réseau
  • Se projeter sur de nouveaux projets

Pour finir, au niveau de l’entreprise pour la direction RH :

  • Prendre des décisions
  • Avoir un langage commun au niveau de ses référentiels
  • Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)


Comment dès lors permettre à ces supports de réaliser pleinement leur contribution au fonctionnement de l’organisation, aux collaborateurs et à l’encadrement ?

Tel que nous le percevons chez eLamp, il existe dans la fonction RH deux « couches » de structuration de l’activité de la fonction : la couche donnée et la couche process.

La couche donnée

La couche donnée est le lieu de la structuration du langage, des idées et des concepts. La donnée y est capturée, architecturée, nettoyée de manière à devenir actionnable au sein des processus où elle est la plus utile.

La couche process

La couche process est la couche d’exécution des flux de travail basés sur ces données. Les impacts métiers sont immédiatement observables à partir de l’étude des process. Ceux-ci peuvent être nombreux : formation, recrutement, rémunération, plans de succession …

référentiel compétences

Le référentiel de compétences

1. Dynamique et évolutif

Le référentiel de compétences doit pouvoir s’adapter à la réalité du paysage de ressources de l’entreprise et de ses opérations, donc évoluer au rythme où les profils des collaborateurs et les besoins stratégiques et opérationnels de l’entreprise évoluent.


2. Précis et actionnable

En lien direct avec le point précédent, le référentiel doit héberger une information utile et immédiatement actionnable au sein de l’entreprise. Cette information doit donc être mise à la disposition du collaborateur et de l’entreprise ou de la fonction RH dans une forme immédiatement utilisable par ces parties prenantes, sans perdre sa capacité d’évolutivité et de dynamisme. Par ailleurs le référentiel doit permettre d’héberger une information au niveau de précision le plus approprié pour le cas d’usage dans lequel le référentiel est utilisé (mobilité, recherche d’expertise, staffing d’équipes, détermination de la performance …).


3. Finement gérable et modulable

Enfin, le référentiel vivant est un outil de travail collaboratif, ce qui suppose que plusieurs personnes ou groupes de personnes travaillent à son enrichissement, la modération de son évolution … A ce titre le format sous lequel le référentiel est conçu et sa digitalisation doivent également servir cet objectif de collaboration.

Référentiel = Performance

Les entreprises se dotant de tels référentiels de compétences peuvent espérer des gains de performance significatifs, car elles disposeront d’une plaque tournante du fonctionnement de l’ensemble des processus faisant appel à la donnée hébergée par le référentiel. A l’échelle de l’ensemble des processus dans lesquels la donnée est projetée, que ceux-ci soient directement lié au fonctionnement de la fonction RH ou à celle des métiers, la contribution nette de l’établissement d’un référentiel au bien-être du collaborateur, à la gestion des opérations de l’entreprise, ou à la prise de décision stratégique devient un élément déterminant de la performance d’une entreprise.

Découvrir aussi nos autres articles

15 – Compétences d’Avenir et Compétences Critiques

Édito

Ma bibliothèque de Compétence dynamique & collaborative !

En savoir plus

Référentiel de compétences : quel rôle au-delà de la cartographie ?

Article

Nous vous proposons ci-dessous d'analyser et comprendre l'impact que peuvent avoir les référentiels métier, d’emploi ou de compétences dans la performance de l'entreprise.

En savoir plus

Business case – Eiffage Construction

Business case

Comment créer une cartographie de compétences pour améliorer la performance opérationnelle d’un grand groupe de construction ?

En savoir plus

Témoignage client – La Home Sweet Company

Témoignage

Comment gérer les compétences et les expertises des consultants dans une ESN en forte croissance ?

En savoir plus

Gestion des Compétences  : comment mettre en place une solution ?

Article

Mettre en place un logiciel de gestion de compétences, c’est placer la compétence au centre des arbitrages d’une entreprise et optimiser le potentiel de vos ressources.

En savoir plus

Gestion des Carrières : quelle place pour les Compétences ?

Article

Décryptage du rôle de la Compétence et de la DRH dans la nouvelle approche de gestion des parcours professionnels.

En savoir plus

La Valeur de la Compétence | HR & Business

Article

Des défis d’entreprise relevés grâce aux compétences : un nouveau fordisme ?

En savoir plus

14 – GPEC ? Workforce Planning ? Upskilling ? Reskilling ?

Édito

Lequel vais-je bien pouvoir choisir cette année ?

En savoir plus

Qu’est ce que le Strategic Workforce Planning ?

Article

Le Strategic Workforce Planning  en 4 points

En savoir plus

Business Case – OUI.sncf

Business case

Comment cartographier les compétences et faciliter l’évaluation 360 ?

En savoir plus

Témoignage client – Groupe Altera

Témoignage

Comment impliquer les consultants dans la gestion et l’évaluation des compétences ?

En savoir plus

Témoignage Partenaire – Cognizant

Témoignage

Comment intégrer la gestion des compétences dans la transformation des organisations ?

En savoir plus

Témoignage Client – Innothera

Témoignage

Comment gérer dynamiquement les compétences des collaborateurs et établir leurs parcours de formations ?

En savoir plus

eLamp pionnier de la data compétence lève 2 millions d’euros !

Communiqué de presse

Staffing, Décisions RH, Certifications / Habilitations : eLamp permet aux entreprises de prendre les meilleures décisions grâce à des données inexploitées.

En savoir plus

Témoignage Client – Ministères Sociaux

Témoignage

Comment identifier les compétences des agents et valoriser les parcours de mobilité au sein des Ministères sociaux ?

En savoir plus

Témoignage Client – Enedis

Témoignage

Mieux connaître les compétences de chacun : comment Enedis facilite la collaboration entre experts dans son Centre d’Expertise National grâce à eLamp ?

En savoir plus

13 – La crise de la Compétence

Édito

“ Comment faisons-nous ? Qui est présent aujourd’hui ? Doit-on réaliser un roulement de présence ? Qui peut continuer en télé-travail ? ”

En savoir plus

Témoignage Partenaire – Correspondances

Témoignage

Comment intégrer la gestion des compétences dans la transformation des organisations ?

En savoir plus

Business Case – Eurotunnel

Business case

Comment anticiper l’obsolescence des compétences et adopter une gestion automatisée des certifications dans un environnement complexe ?

En savoir plus

12 – Ne dites plus compétences mais connaissance

Édito

“Il faut passer à l’approche compétences pour mieux connaître mes collaborateurs”

En savoir plus

11 – RH vs Opération

Édito

“ Il faut faire de la RH un partenaire des opérations ! ”

En savoir plus

10 – Mais de quelle compétence parle-t-on ?

Édito

" Skills Or Competencies ... What's The Difference ? ”

En savoir plus

9 – Les 10 Commandements de la Compétence

Édito

“ Nous avons déjà un référentiel de compétence ”

En savoir plus

7 – Les Milles & une histoire de la compétence !

Édito

“ J’ai besoin de voir la solution pour m'inspirer ”

En savoir plus

8 – Le référentiel emplois / compétences 3.0

Édito

“ Il va falloir que nous travaillions sur nos référentiels avant de choisir l’outil ”

En savoir plus

6 – Micro, Macro, Transverse, Métier… Il y a de tout dans la compétence !

Édito

“ Cette compétence, elle est transverse ou métier ? ”

En savoir plus

5 – Mon métier n’arrête pas de bouger !

Édito

“Les experts estiment que plus de 50 % des métiers vont être profondément transformés d'ici 5 ans”

En savoir plus

4 – Le SIRH faitout & très bien !

Édito

“Dans l’idéal, j’aimerais avoir une solution SIRH qui puisse tout faire”

En savoir plus

3 – L’hybride : l’avenir du SIRH ?

Édito

“Cela fait des années que l’on fait des référentiels, cela ne marche pas, ce n’est jamais à jour…”

En savoir plus

eLamp et SAP.iO annoncent un partenariat stratégique

Communiqué de presse

eLamp est heureux d’annoncer sa sélection par SAP.iO Foundry Paris pour participer à la nouvelle édition du programme d'accélération HR Tech : “Future of Work”.

En savoir plus

Témoignage Client – Bartle Consulting

Témoignage

Les données compétences au service du business : comment Bartle staffe ses équipes grâce à eLamp ?

En savoir plus

2 – [RH] IA – Pas de Skill Data, pas de chocolat…

Édito

“Je connais mieux mes collaborateurs sur LinkedIn que sur mon propre SIRH...”

En savoir plus

1 – RH : Comment capturer la Skill Data ?

Édito

A l’ère de la Data, un profil Facebook rapporte 11 € annuellement et Twitter 6,5€ !

En savoir plus